Youtube, Facebook, Twitter ou même Google et Amazon… Ces derniers temps, les géants du Net investissent de plus en plus dans la diffusion live d’évènements sportifs ou musicaux et commencent à entrer en concurrence frontale avec les diffuseurs historiques…



La plateforme YouTube a annoncé mardi 30 avril qu’elle allait diffuser treize matchs de baseball en direct, gratuitement et en exclusivité, suite à la signature d’un partenariat avec la Major League Baseball nord-américaine.

Preuve de l’intérêt croissant des géants du web pour le sport, ce nouvel accord pourrait marquer un tournant vers une concurrence plus intensive entre TV mainstream et TV online.


TV vs Web : la fin de la complémentarité ?

Parmi les différents leviers de développement des plateformes sociales analysés dans les Tendances Social Media 2019 de Kantar, la vidéo et ses déclinaisons – live, 360°, mode «micro» adapté au mobile, à la volée… – figurent bien sûr en bonne place.

Mais avec la diffusion live de programmes sportifs, plus qu’une tendance, c’est un nouveau paradigme qui se dessine dans la consommation vidéo.

Certes cela fait déjà plusieurs années que Twitter, Facebook, YouTube ou encore Amazon s’y sont mis, mais ces derniers temps, face à la forte inflation des droits sportifs, les géants du web avaient tendance à ne pas surenchérir.

En somme c’est la pratique du second écran et la complémentarité de la TV historique et du digital qui a continué de prévaloir.

Malgré l’importance croissante du livestreaming vidéo, la télévision linéaire a demeuré au cœur de la consommation de divertissement en termes d’habitudes consommateurs.

La télévision adressable a par ailleurs progressé, permettant aux annonceurs TV de cibler leurs spots en fonction de données géographiques, démographiques ou comportementales, et garantissant une forme de pérennité du média TV classique.

Revenus vs exposition

Mais aujourd’hui, c’est YouTube qui vient rebattre les cartes de la diffusion. La plateforme vidéo ne s’était jusqu’alors lancée que dans la diffusion de matches du championnat brésilien de football en mai 2018.

Avec ce nouveau partenariat, la plateforme montre qu’elle est aujourd’hui en mesure de se positionner face aux chaînes de télévisionpour acheter les droits de programmes sportifs.

La raison principale : son audience, qui, avec près d’1,9 milliard d’utilisateurs actifs par mois à travers le monde, peut rivaliser avec la TV mainstream.

Les fédérations sont certes intéressées par les sources de revenus complémentaires, mais, pour elles, il y a aussi un enjeu d’exposition.

Or les droits télévisés sont souvent détenus par des chaînes payantes. Accorder des droits à YouTube et autres plateformes sociales, c’est accéder à un large public, jeune, et à une consommation gratuite.

Côté plateformes, par leur popularité, ces événements sportifs diffusés en direct représentent une véritable manne publicitaire.

Certains représentent des revenus publicitaires pharamineux : emblématique, l’édition 2019 du Super Bowl (finale du championnat US de football américain) a par exemple généré, selon Kantar, plus de 380 M$ de recettes publicitaires.

Alors que la croissance des revenus publicitaires de Google ralentit au 1er trimestre, investir dans le sport en direct sur YouTube pourrait s’avérer un choix stratégique et payant. 

Le sport en direct et les chaînes qui le diffusent auront toujours leur place, mais les dépenses publicitaires liées aux contenus axés sur les marques commencent véritablement à s’éloigner des sources traditionnelles“, affirme Tom Thirlwall, PDG de Big Balls Media, propriétaire de Copa90, une chaîne YouTube dédiée au football. 



Le début d’une nouvelle ère ?

Autre annonce importante : celle de Twitter, qui a dévoilé le même jour que YouTube, mardi 30 avril, l’arrivée de nouveaux contenus sur le réseau social en partenariat avec des médias et producteurs de contenus sportifs ou musicaux.

Parmi ces nouveaux partenaires, Univision, qui va couvrir les sports en langue espagnole et les élections américaines, la NFL pour la diffusion du football américain, et la Major League Soccer pour le foot.

Si pour l’heure une grande majorité des contenus vidéo illustrent le domaine sportif, Kantar prévoyait déjà dans ses Tendances Social Media de 2018 (Tendance 4) que cela se diversifierait, notamment autour de la musique.

En témoigne la diffusion prévue en exclusivité sur Twitter de dix nouveaux concerts ou encore des Videos Music Awards (VMA), avec un dispositif « Stan cam » qui permettra aux fans de partager leurs réactions en live.

Twitter présente d’ailleurs l’interactivité comme un atout clé de la diffusion de programmes TV sur sa plateforme :

« Quand vous collaborez avec les meilleurs éditeurs du monde, vous pouvez développer des façons incroyables et innovantes pour améliorer le contenu premium et apporter une nouvelle dimension aux conversions sur Twitter », a déclaré Kay Madati, Twitter Global VP and Head of Content Partnerships.

Entre l’acquisition de droits TV à prix d’or, les partenariats avec les chaînes historiques, et la diffusion de programmes originaux, la révolution est bel et bien en marche.

Avec, en ligne de mire, un nouveau modèle de télévision : entre TV historique, live streaming, et vidéo à la demande…




# à lire aussi...

Des IA et des bots: Le renouveau de l’expérience client ?

Pour une très grande majorité de marketeurs, la robotisation et l’emploi de…

12 prédictions marketing pour 2019

Innovations vocales, intelligence artificielle, Internet des objets intelligents… L’année 2019 constituera un…

IA et Marketing : 4 cas d’usage concrets en b2b

Les conclusions d’une récente étude menée par le cabinet McKinsey démontrent que…